A trop attendre

 

Poupée, petite poupée de porcelaine,

Allongée sur le lit

Attends.

Pantin, petit pantin de fine laine,

Héros toujours parti

Vaillant.

Le pantin a décousu ses petites lèvres de laine

S’est tourné vers la poupée, lui a dit :

-« Attends »

La fenêtre s’est ouverte,

Le vent s’est engouffré

La poupée est tombée

Inerte.

Le pantin a couru à perdre haleine

S’est éloigné loin d’elle

Il lui a dit :

-« Attends »

La pluie s’est engouffrée par la fenêtre

Ouverte.

Elle a percée le petit corps de porcelaine

Elle a brisé le petit cœur de porcelaine.

La poupée a pleuré.

Le pantin lui a dit :

-«  Attends, bientôt je reviendrais »

Milles et milles aventures il aura vécu

Milles et milles tourments la poupée a connu.

Poupée, petite poupée de porcelaine,

Tombée sous le lit

N’attends plus.

Sur un fier cheval de bois,

Un chevalier passa par là.

La poupée lui ouvrit ses bras

Et l’embrassa.

Quand le pantin revint, sous le lit, sur le lit, il n’y avait plus rien.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site